Le Grand Partage

Le grand partage ou chacun pour soi
Le Grand Partage

Le Grand Partage : rappelons nous cet hiver 54 particulièrement rigoureux,  au cours duquel des centaines de sans abri auraient pu voir leur destin s’arrêter tragiquement.  La colère et l’action de l’Abbé Pierre avaient permis  d’éviter le pire en suscitant un large mouvement de solidarité pour compenser le manque de logements et le dénuement de nombreuses familles. Le Grand Partage avant l’heure !

Alexandra Leclère, la réalisatrice du Grand Partage, s’inspire quelque peu de cet évènement devenu aujourd’hui historique comme point de départ du scénario de son film.

Le Grand Partage : le pitch

Nous sommes en 2015 et  nous vivons un hiver particulièrement dur. Le gouvernement publie un décret obligeant les français bien logés à accueillir chez eux un démuni sans abri,  sans discrimination de nationalité, d’origine, de religion, de couleur.

L’intrigue se déroule dans un immeuble bourgeois du 6ème arrondissement, cible de ce décret. En effet, il n’est pas rare de voir dans ce type d’ immeuble des appartements de 200 à 300 m2 occupés par 1 à 2 personnes seulement.

Surprise, en prime le Grand Partage nous offre une photographie de la France d’aujourd’hui du moins les scénaristes se plaisent-ils à nous la dépeindre de la sorte.

Rares sont les français qui se précipitent à leur Mairie, avec le sourire,  pour se faire attribuer un sans abri. Chacun cherche les solutions pour occuper toute la surface de son appartement et justifier auprès des autorités qu’ils n’ont plus un mètre carré de disponible. Ainsi, on sort la grand mère de la maison de retraite, on héberge la femme de ménage….. Bref, tout sauf contribuer à un élan de solidarité. 60 ans après l’Abbé Pierre, tout reste à reconstruire !

Le Grand Partage : la distribution

Une famille bourgeoise les Dubreuil : Christine et Pierre incarnés par Karine Viard et Laurent Bourdon, flirtant avec le ridicule.

Le grand Partage, les Bourgeois

Le Grand Partage, la famille Dubreuil

Une Famille Bobo (de gauche mais faut il vraiment le préciser !), les Bretzel : Béatrice et Grégory dont Valérie Bonneton et Michel Vuillermoz endossent la panoplie (tant ils sont caricaturaux). Valérie Bonneton dont j’ai apprécié les prestations pendant les premières saisons  de la série  Fais pas ci, Fais pas ça, me déçoit de plus en plus. Il semble qu’elle ne sache plus interpréter qu’un seul rôle, celui de la femme qui éructe à longueur de film. De grâce Valérie, reprends toi …..

Le Grand Partage, les Bobos

Le Grand Partage, la famille Bretzel

Une gardienne nostalgique de Pétain (Maréchal nous voilà !) et fan de Jean Marie Le Pen (regardez bien le chat !) : une composition pour Josiane Balasko (plutôt Bobo dans le civil) qu’elle réussit parfaitement et pendant la projection du Grand Partage mes seuls éclats de rire lui reviennent.

Le grand partage, Gardienne d'immeuble et fan de Pétain et de Jean Marie Le Pen

Le Grand Partage, la Gardienne d’immeuble

Un original excentrique et homosexuel (il en fallait bien un) dont Patrick Chesnais assume la solitude. Patrick Chesnais, sensible dans ce rôle, apporte à cette comédie cette touche d’humanité dont elle est par ailleurs dépourvue.

Le grand Partage, solitaire et homosexuel

Le Grand Partage, l’Excentrique

Le Grand Partage : L’avis d’Annie *****

La bande annonce m’avait séduite. Je voyais là une comédie bien enlevée sur un thème sensible il est vrai, mais portée par une brochette d’acteurs dont le talent contribuerait  certainement à éviter les écueils du bien pensant.

Il n’en fut rien. La réalisatrice-co-scénariste ne choisit pas entre la comédie et la satyre sociale.

Côté comédie, le Grand Partage est dans la caricature mais pourquoi pas ! Ces bourgeois sont ignorants des problèmes sociaux, imbus de leur réussite. Les Bobos, donneurs de leçons, doivent faire face à leurs contradictions ; être de toutes les manifs dont celle pour le logement des sans abris, mais pas question d’en héberger un  chez eux…..Quant à la gardienne, elle  nous ramène aux heures noires de l’occupation et des dénonciations et l’excentrique porte déjà sa croix en vivant seul, un peu rejeté. Serait ce parce qu’il est excentrique ou homo ou devient on excentrique quand on est homo ?

Côté satyre sociale, le choix de la caricature lui enlève une grande part de crédibilité. Et pourtant, il y avait matière. Car au fil de la projection, je me suis posée la question ; que ferais-je si une telle loi était aujourd’hui promulguée ? Accepterais je aisément de recevoir un sans abri ? Pourrais je  faire cohabiter mes idées et mes actes ? Par les réseaux sociaux, nous nous exprimons rapidement sur tous les sujets. Nous prenons la défense des opprimés, des démunis, des sans logements, des immigrés, des réfugiés. Un petit tweet, un post, et nous voilà en harmonie avec notre conscience. Mais qu’avons nous réaliser en définitive ? Pas grand chose, beaucoup de gesticulation, beaucoup d’emphase mais zéro action……

Pour toutes ces raisons, 2 étoiles seront suffisantes pour classer ce long métrage.

Sortie le 23 décembre 2015 : 1 H 42 mn

Genre : comédie ou pseudo satyre sociale

Réalisatrice : Alexandra Leclère

Distribution : Karin Viard, Didier Bourdon, Valérie Bonneton, Michel Vuillermoz, Josiane Balasko, Patrick Chesnais

Bande annonce :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *