BROTHERS

BROTHERS

Sylvie Allouche est un auteur jeunesse dont le dernier roman BROTHERS paru aux Editions Mango – Collection Chambres Noires, a reçu le prix Margot 2014 du Polar décerné par le Salon du Polar de Pau – Un Aller-retour dans le noir –

Brothers nous conte l’histoire de deux frères de la Cité des Fleurs que leur mère élève seule au prix de beaucoup de sacrifices et de courage. Un soir, Ben et Bruno volent une Jaguar et découvrent dans le coffre de la voiture un homme nu et à moitié mort. Les ennuis commencent et vont confronter les deux frères à de véritable malfrats sur fonds de vols et de trafics en tout genre. Ajoutons un commissaire de police qui a su conserver son humanité et nous avons tous les ingrédients auxquels un bon polar n’échappe pas, le tout nourri des multiples rebondissements.

Mais Brothers n’est pas seulement un roman policier, c’est aussi un roman sociologique. L’intrigue se déroule dans une cité qui pourrait être Sarcelles, Vaux en Velin ou les 4 000. L’auteur nous brosse avec talent et beaucoup d’humanité quelques portraits riches en couleurs de jeunes adolescents dont le plus attachant est sans doute Mourad, l’apprenti illusionniste. Brothers nous laisse penser que les destins se façonnent à force d’espoir et de solidarité. Il n’y a pas d’inéluctable spirale de l’échec, la rédemption est toujours possible même si l’argent facile, le désir de vouloir tout et tout de suite peuvent brouiller les pistes. Dans la cité, il est souvent plus difficile de suivre le droit chemin et c’est à force de courage, de volonté, de persévérance et avec un petit coup de pouce du destin que chaque protagoniste forgera son avenir.

Au delà de l’intérêt généré par l’intrigue elle-même, le style de Sylvie Allouche vous emporte. C’est vif, incisif, percutant. Il n’y a pas seulement du rythme, il y a bien plus…. C’est la première fois, après tant d’années de lecture, que je ressens un tel coup de coeur. L’écriture, le vocabulaire utilisé, l’alternance entre un langage propre au quotidien de la banlieue et celui plus académique de l’écriture classique nous font vibrer à l’unisson, au rythme des péripéties de nos jeunes héros. Je lisais ce livre tout en visualisant les scènes. Ben, Bruno et les autres étaient en action. J’assistais au spectacles de magie de Mourad et me réjouissais de son succès. Je ne savais plus si je lisais un polar ou participais à la réalisation d’un film noir ou d’une série policière aux multiples tiroirs.

En lisant ce livre, ce n’est pas simplement une histoire que l’on aime, c’est un auteur que l’on découvre et que l’on adopte.

Vite la suite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *